-Sensuelle Promenade-

Ticha Blabla/ février 7, 2018/ Erotisme, Français/ 0 comments

Wanna join me ?

 

"Petites histoires à ne pas dormir de la nuit" :

- Sensuelle Promenade -

Par un bel après-midi, nous décidâmes de nous promener sur une plage de sable blanc. Sous ce soleil de plomb, pourquoi n'irions-nous pas profiter de cette étendue bleue turquoise étincelante? Les pieds dans l'eau, que de petits picotements … L'eau si joueuse nous surprend, nous éclabousse. Oh ! Irrésistible mer, nous ne pouvons refuser ton invitation.

Je te regarde. Toi , au regard intense, qui me dévisage au moindre de mes mouvements, aux mains fermes et douces, aux épaules rassurantes, à la peau dorée par ce soleil taquin. Un homme, mais quel homme!

À le regarder j'en ai les jambes qui vacillent. C'est alors qu'il s'approche, d'une démarche nonchalante, les yeux toujours rivés sur moi, mon cœur s'emballe ; à peine arrivé, il m'enlace tendrement. Sa main effleure mon visage, j'incline la tête, lui offrant mon cou, puis mes épaules; les bras ballants, voilà que je lui offre aussi ma poitrine. Comme si je m'étais égarée un instant, emportée par mes instincts. Je l'embrasse, d'un doux et léger baiser au coin de ses délicates lèvres, je veux aussi le goûter, le toucher de ma langue, je ne peux la retenir, la voilà déjà sortie, juste un petit peu, son extrémité lèche délicatement cette bouche si joliment dessinée, il est salé, délicieusement iodé; furtivement, elle glisse le long de sa lèvre inférieure tentant de trouver une ouverture, elle furète, cherchant une compagne de jeu, j’embrasse cet Apollon, mordillant ses lèvres, caressant sa langue avec la mienne, avec de petites pressions puis de façon plus appuyée.

Mes mains dans tes cheveux descendent jusqu’à ta nuque, te saisissant, ma bouche n'a plus qu'une obsession, te goûter, non te dévorer. Je t'embrasse alors passionnément, laissant mes mains naviguer sur tes épaules, courir le long de ton dos, ma bouche brûlante de désir n’aspire qu’à te transmettre le feu qui anime ce pauvre corps qui est le mien.

Je te regarde fixement un court instant, priant que ce moment si sensuel soit réciproque, que tu en sois autant enthousiaste que moi….

Se pourrait-il que tu n’apprécies pas? Comme si tu pouvais lire en moi, tu m’enlaces plus fermement et sous ton regard de braise, je me sens fondre.

Que va-t-il me faire? A-t’il saisi l’étendue de mon désir? Et si oui, qu’adviendra-t’il? Tu me rends mes baisers fougueusement, à tâtons, tu cherches mes seins, découvre mes flancs et rejoins mon ventre, tu te complais à chahuter avec mes fesses, les peloter, les taquiner. Soudain, tu me saisis, me retournes, je te suis maintenant de dos. Je sens ton souffle chaud sur ma nuque, tes mains m’enserrant, je chavire. Si proche l’un de l’autre ... tu humes mes cheveux, comme il est bon de s’abandonner ainsi!

Tandis que d’un bras tu me maintiens tout contre toi, je me surprends à l’agripper comme pour te demander de ne jamais me lâcher, c’est alors que de ton autre main tu empoignes mon sein gauche dénudé, tu le malaxes généreusement, j’incline ma tête te laissant à nouveau mon cou en offrande, tes doigts auparavant sur ma poitrine prennent possession désormais de ma gorge, tu parcours mon épaule et mon cou de la pointe de ton nez tout en y déposant de doux et suaves baisers; du bout de mes doigts, j’effleure tes puissantes cuisses, puis remonte jusqu’à ton fessier, je l’agrippe, le tâte. Il est ferme, rebondi, que j’aime ce corps qui est tien!

Tu te joues de moi! Tu me jauges! Tu m’enflammes…. Je ferme les yeux pour savourer chaque seconde de cette divine étreinte, je te suivrai quoiqu’il advienne.

Tu m’entraînes sur la plage, et à l’ombre de palmiers tu m’invites à m’y installer. Là, sous ton regard intense, il me prend l’envie de découvrir ton corps, je défais les lacets de ton maillot et d’un geste nonchalant le fais glisser jusqu'à tes chevilles. Tu te retrouves enfin à nu face à moi. J’aime te parcourir de mes doigts, sensuellement, laissant traîner mes ongles, je m’amuse de voir ton poil se hisser sous mes caresses. Tu ne peux t’empêcher de m’enlacer, tu me perturbes, je veux que l’érotisme t’emporte. Je t’empêche de m’embrasser, glissant ma main sur ta bouche, et couvre ton buste de mon souffle chaud et humide, y déposant de légers baisers, je m’attarde sur ton téton, le mordillant, puis comme pour le guérir, je l’embrasse. Mes mains se montrent plus fermes, je te griffe le dos, gentiment, mais assez fort pour te montrer la passion qui m’anime. Puis descendant encore un peu, je découvre ta virilité. Elle aussi, je l’embraserai … Je relève la tête comme pour te demander l’autorisation. Tu agrippes ma nuque, et de tes caresses appuyées, de ton regard à la fois excité et amusé, j’en déduis que mon exploration coquine ne fait que commencer. J’entrouvre ma bouche, mordille mes lèvres, les humecte délicatement, je te regarde, ferme les yeux, et m’abandonne à tes mains un court instant, te laissant me guider vers l’endroit qui te fera chavirer.

Je te lance un regard espiègle en guise d’au revoir, pour enfin venir saluer ton membre brûlant d’être à son tour choyé. Ma langue à peine sortie de son écrin, s’amuse à glisser lentement, très doucement, le long de ce pénis délaissé jusqu’alors, puis mes lèvres déposent de voluptueux baisers, s’approchant subrepticement de ton gland, afin de laisser cette bouche gourmande avaler ta verge désireuse d’être déguster. Je l’aspire délicatement, glisse furtivement ma langue sous ton prépuce, et par de petits coups, titille ton frein. Oh comme il est plaisant de sentir ton être tressaillir, tes veines se gonfler, ton vi s'épanouir, ton corps tout entier s'offrir à mes caprices. Je savoure chaque instant, je jette un œil en direction de ton visage, je t'admire , nu, soleil rasant dans ton dos, tes yeux me dévisageant.

Oui ! Regarde-moi! Regarde comme une femme peut être belle dans ces précieux moments... Désire-moi! … plus que tu ne l'as déjà fait pour aucune autre. Et je jouerai avec toi comme l'on joue d'un instrument, essayant de contrôler jusqu'au plus petit de tes gémissements. Qu'il est jouissif de t'entendre ainsi vocaliser ! Je veux te sentir mourir sous l'assaut de mes caresses.

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*