Barrières

Ticha Blabla/ juillet 24, 2019/ Blabla (fr)/ 0 comments

Hindrance

Hindrance

Barrières

Je me suis toujours demandée pourquoi je n'étais pas comme les autres. Pourquoi a-t'il fallu que je sois si différente ? Je ne ressemblais pas à mes proches, ni dans mon apparence physique, et encore moins dans ma façon de penser. Si bien que je me suis toujours sentie étrangère. Je regardais les autres avec envie. Je les observais de loin, les analysant, me recroquevillant encore plus sur moi-même. L'envie consumait mon être au point que j'en devenais atone, au point que mes frustrations me défiguraient, au point que je ne pouvais plus rien apprécier. Cependant, j'oubliais une chose importante.

Ces murs, ces barrières, que je pensais infranchissables, c'est moi qui les avais dressé.

Dans mon esprit, j'étais à des années lumières de ceux qui m'entouraient. Je les ai rejeté car je ne pouvais m'accepter. Je leur en voulais car j'avais honte de ce que j'étais. Le réel problème ne venait pas du regard des autres, mais de celui que j'avais. Je m'obstinais à combattre un fantôme créé de toutes pièces, or je me trompais d'adversaire. Car si on regarde sous un autre angle, on se rend vite compte que nous passons à côté des choses les plus essentielles. Certes je suis une alien, ils le savaient, mais ils ne m'en aimaient pas moins pour autant.

Ce vide que je ne pouvais combler, ces frustrations dont je ne pouvais me débarrasser.

En restant enfermée dans ma crise identitaire, j'étais aveuglée. J'avais une opinion biaisée non seulement sur moi, mais aussi sur les autres. Certes, il y a toujours les préjugés de certains, mais il serait grossier de mettre tout le monde dans le même panier. Je présumais que tout le monde portait le même jugement sur moi, mais c'était fondamentalement faux. Lorsque j'ai enfin ouvert les yeux, je me suis rendue compte, qu'en définitive, ce ne sont ni les apparences, ni les moyens, ni même le sang qui compte, mais les sentiments. Le seul fait qu'ils m'aiment malgré ma bizarrerie, n'était-ce pas une preuve de leur acceptation ?

En faisant la démarche d'aller vers ceux qui vous démontre une réelle et profonde affection, vous faites un pas vers la rémission.

S'accepter tel que l'on est, est une longue histoire, car au cours d'une vie, il y a toujours une nouvelle crise existentielle prête à nous tourmenter. On ne peut en guérir qu'en gardant un certain cap. On ne peut en sortir qu'en gardant ce qui est réellement important à nos yeux, en tête. Finalement, peu importe vos origines, vos orientations sexuelles, votre classe sociale, vos handicaps … vous êtes humain comme tous les autres humains sur terre. Nous ne sommes certes pas tous égaux, mais nous sommes tous uniques. Alors pourquoi donc s'embarrasser à tous devenir identiques ?

 

 

 

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*