Se laisser aller

Ticha Blabla/ août 7, 2022/ Blabla (fr)/ 0 comments

Se laisser aller

Se laisser aller

Vendredi soir, je suis allée à la nuit des étoiles. J'ai passé une soirée entre geeks. Au début on discutait de sciences, d'astronomie, ou bien de philosophie, jusqu'au moment où en regardant Saturne, l'un de nous a dit: "C'est un oeil!" Et un autre s'est exclamé: "L'oeil qui voit tout! On a retrouvé Sauron!" Inutile de préciser que l'on a tous éclaté de rire. Je ne savais pas quoi poster, mais j'ai pensé à ouvrir mes archives. La nuit des étoiles m'a fait pensé à ma première collab faite avec Adam.

Introvertis

Because finally it's everything

Tout naturellement, j'ai pensé à publier celle faite pour Seiiki. C'est à quelque chose près la même en étant épurée, montrant finalement l'essentiel à voir: La connection. J'avais écrit quelques mots pour aller avec, pour expliquer l'image, mais aussi pourquoi j'avais choisi une personne en particulier.

Les voici:

" As both introverts, we are champions in getting lost in thoughts, creating transparent barriers for our own comfort and yet safety. In our respective castle, it isn't a rose under glass which we protect with all our strength but our heart. However, there are some times, when we just lay down a bit those walls to just enjoy the moment, even if it can seem nonsensical. Adam is the magician of the colors, the king of the introverts, so I could not imagine anyone else beside me for this picture."

 

Je me rappelle d'une conversation que l'on a eu, où il me disait que ses murs étaient bien épais, et que parfois il lui fallait des mois pour laisser entrer quelqu'un dans sa "safe zone", je n'avais pas osé lui dire que j'étais pire que lui. Que non seulement je mets des murs, mais que souvent je les double avec une cage faraday. La confiance n'étant pas quelque chose qui s'obtient d'un claquement de doigts.

Lorsque j'ai perdu ma mère, je me souviens avoir essayé d'en parler à des gens avec qui je discutais régulièrement et pensais naïvement que l'on m'écouterait. Toutefois, je n'ai eu en réponse qu'un silence lourd, pesant, un silence crève-cœur, un silence me laissant dans un désarroi sans nom. Si bien que je ne parle plus de ce genre de choses, si bien que je dis toujours que je vais bien. Si il y a bien un mensonge qui me soit facile à formuler, c'est celui-là.

Si j'ai bien appris une chose durant cette période, c'est que lorsque vous vous retrouvez dans la merde, la plupart préfèrent soit vous enfoncer la tête dedans, soit l'ignorer.

Alors la cage faraday fait bien son job. Elle coupe court les conversations, filtre les émotions, et transforme mes mots en des choses plus ou moins acceptables aux oreilles d'autrui. Je pense que chacun a son propre filtre, il faut bien pouvoir vivre en société après tout. Si j'ai choisi Adam pour cette photo, c'est justement parce qu'il m'arrive de laisser échapper mes pensées de manière brute en sa compagnie. Chose que je ne fais pas naturellement avec tout le monde, chose qui m'arrive lorsque je me sens confortable avec une personne.

Je n'ai pas choisi au hasard chacune des personnes avec lesquelles j'ai posé pour l'exposition. Chacune d'entre elles a quelque chose à mes yeux de spécial.

Que ce soit par un symbole, une connexion...C'est pour cela que j'ai décidé que je posterai la majeure partie des photos qui avaient été exposées. Ou en tous cas, celles qui me sont les plus chères. J'avais déjà publié celle avec Nix, et celle avec Petrus, la prochaine sera très certainement celle avec Chuu. Mon seul regret, c'est de ne pas en avoir faite une avec Apple.

 

 

 

 

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*