L’histoire d’un photoshooting

Ticha Blabla/ mai 9, 2020/ Blabla (fr), Second Life (fr)/ 0 comments

Woman of Stone

Vu que dernièrement, des gens s'invitent à mes shootings. Je me suis dit qu'il serait peut-être bon de parler de ma façon de faire. Alors, autant vous rassurer, je ne ferai pas de tutos vidéos sur photoshop. D'une part, parce qu'on en trouve à la pelle sur youtube, que le web fourmille de blogs dédiés à ça, de gens plus doués, de personnes qui sauront mieux expliquer que je ne le ferai. D'autre part, parce que je m'ennuierai à le faire, de plus, je suis un piètre professeur.

En revanche, je peux parler de comment se passe un shooting. Tout du moins, de comment je procède.

Dans la majeure partie des cas, je fais une présélection de pose, dans plusieurs pose stands rangés par thème, même si des fois je les mélange. Et oui, personne n'est parfait ! Ensuite, cela ne peut se faire sans fond sonore. J'ai besoin pour me concentrer de musique mais il m'arrive de prendre des photos alors que je discute, que je rigole, que je découvre mon interlocuteur. Je commence souvent avec une idée en tête.

Mais, des fois, c'est free style !

Je vais prendre en exemple la photo que j'ai prise et qui illustre cet article. Je n'avais aucune idée en tête, j'avais la chanson que vous écoutez en ce moment dans mon casque. De base, c'est une pose homme, donc, ce n'est pas fait pour un avatar de ma stature.

Voilà le Pack en question, il est d’ailleurs disponible actuellement à Phases.

⚠️ SVP NewTIbay Pack

Donc, je sors mon Animare. Je n'ai eu qu'à faire une rotation du torse, et éditer un peu ma main. Et là, je commence en entrevoir une perspective qui me plaît. Je veux mon image sombre pour illustrer la sorte de désespoir que je ressens dans la chanson. Je veux que cela transcende les mots, au point que ce ne soit plus que du langage corporel.

Parfois, une image vaut mille mots !

Comme je le dis souvent, je ne sais pas m'exprimer comme il faut. Enfin, je veux dire, que les mots s’emmêlent et que j'en viens à les utiliser à mauvais escient. Que souvent j'abandonne plutôt que d'expliquer ce que j'ai en tête, car mes mots s'envolent et je ne peux les rattraper. Il devient difficile de même expliquer le fil de mes pensées. Alors que communiquer à travers des images, c'est facile pour moi. Je voulais illustrer cette chanson que j'aime beaucoup. Je me retrouve un peu dans ce dit « man of stone », et c'est sans doute pour cela que je l'aime tant.

Je ne pense pas avoir de recette magique, ni de bottes secrètes d'ailleurs.

Avant toutes choses, je fais ce que j'aime.

 

 

 

 

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*