Je suis, donc…

Ticha Blabla/ mars 7, 2022/ Blabla (en), Blabla (fr)/ 0 comments

Art as Mindfulness-Wanderlust ~ Je suis, donc...

Je vous présente la deuxième photo exposée à Mindful Cove.

"Wanderlust: a strong desire or impulse to wander and explore the world.

In this interpretation, we also look at “wanderlust” as a journey of the mind, self-discovery, and understanding one’s own emotions."

 

Savoir que l'on existe en ce monde est une chose importante. Mais il subsiste de grandes questions. Qui sommes-nous ? Sommes-nous ce que nous voyons ? Sommes-nous ce que nous percevons ? Ou bien sommes-nous ce que les gens reflètent de nous ? En tant qu'animal social, nous avons tous besoin d'un reflet, parfois il peut être très ressemblant, alors que d'autre fois, non. Notre propre perception de nous-mêmes peut aussi nous induire en erreur. Apprendre à s'aimer, à voir un reflet le plus fidèle qu'il soit de ce que nous sommes est un long travail sur soi.

 

 

Je suis, donc...

Aux abords d'une rivière, vous vous trouvez un coin semi-ombragé, isolé. Le soleil rasant, les feuillages valsant, un air de printemps, vous vous amusez à faire des ricochets. Vous lancez une pierre, chaque rebond trouble l'eau, des vaguelettes se créent à la surface, et déforment le panorama s'y reflétant. Vous vous penchez, tel Narcisse l'eut fait avant vous, hypnotisé, intrigué, par cet étrange miroir, dans lequel ne se reflète qu'une image distordue. Vous vous reconnaissez à peine. Vous vous demandez si le temps vous a tant affecté, si ce que vous voyez est vraiment ce que vous êtes. Vous voudriez presque vous cacher, fuir ce maudit reflet. Les galets vous déstabilisant, par accident, vous trempez votre main, les vaguelettes se propageant, troublent votre portrait. C'est alors que vous comprenez, cette image, ce n'est pas le temps qui l'a altéré, ce n'est pas la luminosité, ni même ce qui vous entoure. Votre vision troublée jusqu'alors se clarifie, et vous vous demandez si ce n'est pas le moment idéal de faire la paix avec vous-même.

I am, so...

On the edge of a river, you find for yourself a semi-shaded and yet isolated corner. The low sun, the waltzing foliage, an air of spring, you have fun making ricochets. You throw a stone, each bounce disturbs the water. Wavelets are created on the surface and distort the panorama reflected back. You bend down, as Narcissus had done before you, hypnotized, intrigued, by this strange mirror in which only a distorted image is reflected. You barely recognize yourself. You wonder if time has affected you so much, if what you see is really who you are. You would almost like to hide, to flee this accursed reflection. The pebbles destabilizing you, by accident, you dip your hand and the ripples spread, disturbing your portrait. It is then that you understand, this image, it is not time which altered it, it is not the luminosity, nor even what surrounds you. Your previously troubled vision is clearing and you wonder if now is not the perfect time to make peace with yourself.

 

 

 

 

Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*
*