Le Rituel

Ticha Blabla/ octobre 31, 2018/ Erotisme/ 0 comments

Rituel

Le rituel !!!

Ce soir c'est Halloween, j'enfile donc ma guêpière, mes bas, et une longue jupe fendue, afin que tu puisses entrevoir la large jarretière de dentelle. La nuit me drapera de sa plus belle des parures, elle m'habitera de la tête aux pieds, au point de devenir comme elle ! Intrigante, envoûtante, mystérieuse, je serai une ensorceleuse !

Ce soir, nous nous verrons à la lueur des bougies ! Dans la pénombre je t'accueillerai. J'entends toquer à la porte ! D'un pas non-chaland, je me dirige vers elle, essayant de contenir mon impatience, de contenir mon excitation. Je prends une profonde inspiration et lentement déverrouille la serrure faisant résonner en moi l'écho des cliquetis des engrenages.

Que le rituel commence !

J'ajuste mon corset, bombe le torse, ma poitrine se comprimant à m'en couper le souffle. J'ouvre la porte, un sourire se dessinant sur mes lèvres, j'incline la tête et me place en travers. J'ai beau être plus petite, ce soir, c'est moi qui régale ! Je te regarde d'un air de défi, ma main se glissant subrepticement dans la tienne, la saisissant pour finalement la plaquer contre mon mon fessier. D'un signe, tu comprends qu'il te faille nous enfermer. Je te guide jusque dans le salon, où j'ai entreposé un fauteuil au milieu de la pièce, sans un mot, et malgré ton air intrigué, tu t'y assois, la musique se lance.

Je passe dans ton dos, mes mains se baladant de tes manches jusqu'à ton encolure, furetant sur ta gorge, s’immisçant à l’intérieur de ta veste pour mieux t'en débarrasser, la faisant glisser le long de tes bras pour ensuite la faire valser à travers la pièce. Je reviens face à toi, mon corps vibrant au son de la musique, comme possédé, il se met à onduler. Tu sembles amusé, voire même excité, je sens ton regard de prédateur. Je te déboutonne la chemise du bout des doigts, doucement, sensuellement, tu te retrouves torse nu. Je me place à califourchon sur tes genoux, je ferme les yeux. Aveugle, je laisse mes mains t'effleurer, lire chaque courbe de ton visage, parcourir tes cheveux, descendre le long de ta nuque, pianoter sur tes épaules, te saisir la gorge, je me penche, te sens, et embrasse furtivement le coin de ta bouche.

Lentement je me relève, laissant traîner mes mains sur ton buste empoignant l'une de tes tiennes, t'invitant à en faire de même, puis je te conduis dans mon laboratoire d’expérimentation. Tu t'allonges sur le lit et me saisissant d'une corde de velours, la fais glisser entre les barreaux du lit, je la noue autour de ton poignet gauche, puis vient le tour du droit. Te voyant ainsi, je ne peux que jubiler, le sourire aux lèvres je file chercher mes outils de sorcière. Je reviens un bol en main que je dépose sur le chevet, je me repais devant ce spectacle et ne peux m'empêcher de sourire malicieusement. Provocante, je me déleste de mon string de soie et de dentelle noire, le roule en boule, m'assois sur ton torse, profitant de ton inspiration pour te le glisser dans la bouche.

Je dénoue tes lacets, te débarrasse de tes chaussures, chaussettes, remonte sensuellement le long de tes cuisses, défais ta boucle de ceinture, te déboutonne, et fais négligemment glisser ce pantalon jusqu'à tes pieds nus. Me saisissant du bol, j'attrape un délicieux petit cube s'y trouvant dedans. Tout en te fixant ardemment, je le fais voyager sur ta poitrine, tu en frémis, tu en as la chair de poule. Je le passe sur tes tétons, t'observe avec plaisir te tordre, me régale de cette vue et de tes râles étouffés, le faisant doucement zigzaguer jusqu'à ton nombril. Opportuniste, je profite que tu te contractes, tes crispations faisant bayer ton caleçon je le glisse à l’intérieur. Ce soir je suis de feu et de glace !

Je prends un second glaçon, et cette fois-ci, je le mets dans ma bouche. Me penche sur toi, le coince entre mes dents, je te souffle sur le visage, et viens caresser ta bouche avec. Je commence par les commissures, puis remonte lentement vers l’intérieur de ta lèvre supérieure, te regarde droit dans les yeux, te dévore. Regarde-moi ! Je redessine le contour de ta mâchoire virile à l'aide de mon précieux joujou, tu bascules ta tête en arrière, de froides larmes dévalant ton cou, tu te cambres et m'offres tout ton corps en sacrifice ...

Ainsi, je parcours ton torse de long en large, et laisse fondre mon ami sur ta peau brûlante. J'en pioche un nouveau, toujours à califourchon, je me retourne, et me dirige vers tes chevilles. J'applique le même traitement, mais cette fois-ci à tes jambes, les choyant très lentement pour rejoindre ton entre-cuisse. Il semblerait qu'il y ait un obstacle à mon jeu, de ce pas, je te débarrasse de ton boxer maintenant superflu.

La passion que je t'ai insufflé a eu raison de mon allié glacé. Te voilà nu comme un ver ! Je me replace sur toi, te faisant face, j'attrape l'un des derniers survivants, je te regarde d'un air joueur, taquin même, un sourire en coin. J'entends au loin la musique et ajuste mes mouvements de bassin à son rythme. Le glaçon entre mes doigts, je le passe sur mon visage, insistant sur ma bouche luisante. Me détache les cheveux, libérant ma crinière d'ébène. Je déborde de sensualité, je suis féline et reprends le jeu. Je brûle à ce contact glacé, me mords la lèvre inférieure, m'abandonnant totalement à ces divines sensations. Je le fais rouler sur ma gorge, l'eau glaciale perle, puis dégouline sur mes seins, que je caresse, que j'agrippe, pour enfin laisser descendre mes mains sur mon ventre, mon corps ondulant de plus belle. Je bascule vers l'arrière, de mes doigts, j'écarte mes intimes lèvres et vient faire glisser le glaçon entre, redessinant leurs contours avant de l'introduire dans mon vagin.

Je sens ton sexe s'ériger, me place dessus, effectuant des mouvements de va et vient, frottant ma vulve contre ton membre déjà prêt à l'emploi puis stimule mon clitoris avec ton gland. Maintenant, je me penche sur toi, me déhanche, t'effleure de mes cheveux, je me fais plaisir, je me sers ! Tu es à ma merci, l'objet de ma délectation, de mes attentions, de mon désir. Peut-être me ferai-je jouir ainsi ? Cela te frustrerait-il ?Non,j'en veux plus !

La passion me transporte, me consume de l'intérieur, je perds pieds, me laisse totalement aller. Je te libère ! D'un coup, tu te redresses me saisissant par les épaules, et me renverse brutalement m'arrachant un petit cri de surprise. Deviendrai-je ta proie ? Tu attrapes le bol, et me verse l'eau glacée sur le corps. Dans mon état, rien ne peut plus me refroidir ! Tu me surélèves les jambes, et les jettes sur le côté, ta main prends de l'élan avant de me claquer bruyamment la fesse. Une fois, deux fois, trois fois, de plus en plus fort … ma peau rougeoie … tu sais à quel point j'ai été vilaine … d'un regard provocant, d'un rire je te défie de recommencer … je vois ton agacement se changer en détermination et te souris en guise d'approbation.

Tu peux faire ce tu veux de moi, je m'offre à toi, toute entière, je suis ton trophée de guerre, ta prisonnière … Tu te masturbes entre mes fesses tout en continuant à me les claquer. N'en pouvant plus, tu te décides à me pénétrer sauvagement, tes mains se baladent sur ma poitrine, tu malaxes mes seins, titilles mes tétons, l'une d'elle vient se loger sur ma gorge. Tu serres, tu serres fort même, au point de m'en couper la respiration, je plante mes ongles dans ta chair, et plus ils s'enfoncent, plus tes vas et viens se font violents. Aurai-je fait de toi une bête ?

Je suis toute trempée, mon corps est électrisé, je sens des ondes le parcourir, s'ensuit des petits spasmes de plaisir, je jouis. Cela en devient presque insupportable de subir tes assauts, tu calmes le rythme comme si tu avais lu en moi. Je gémis … j'aurai presque envie de crier … je me mords les lèvres de plaisir … j'ai la respiration bruyante et saccadée. Tu te retires, tu joues de tes doigts de mon clitoris jusque l'entrée de mon vagin. Te voilà satisfait ? Tu prends ton air suffisant, comme si tu contrôlais chacune de mes réactions, tu les laisses jouer sur mon périnée, puis glisse l'un d'entre eux dans mon anus. Au fur et à mesure, tu l'enfonces de plus en plus,le tourne dans un sens, puis dans un autre, tu approches ton pénis et tu joues avec autour, tu retires ton doigt, avant de me mettre sur le ventre.

Devinant tes intentions, je me cambre, me place à quatre pattes, abaissant mon torse, je te sens me prendre par derrière, mes seins à chaque secousse frottent les draps détrempés. Je ressens des tensions et une étrange libération à la fois. Vas-y ! Prends-moi et deviens la bête que j'ai sculpté de mes mains ! Je ne peux m'empêcher de me toucher, de me doigter, je veux jouir de nouveau ... Tu m’agrippes les fesses, les pétris, les violentes. Sois le mâle que je désirais tant ! Tes assauts me renversent … j'en ai la tête qui tourne … continue … comme ça … encore … encore … toujours plus …

Tu te penches sur moi, attrape mes cheveux, tire dessus, je me redresse sous la tension. Tu me mords l'épaule. Ton rythme s'accentue, ta respiration se fait de plus en plus bruyante, j'entends tes râles de plaisir. Tu passes une main sous mon buste et caresse fermement l'un de mes seins, tu te contractes, tu n'arrives plus à te maîtriser. Et finalement, je sens en moi s'écouler ta semence tant attendue, elle me brûle, afflue en moi dans une explosion de sensations. T'écroulant sur moi, vidé de ta force, tu gardes l'étreinte malgré tout. Tu es apaisé, soulagé, détendu, tu me dirais presque que tu m'aimes.

Rituel accompli !!!

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*