Interview: le Nix Club

Ticha Blabla/ février 17, 2018/ Blabla (fr), Français, Second Life (fr)/ 1 comments

Le Nix Club: La french touch des effets de particules sur Second Life

Banderolle du Nix Club

Voici l'interview du Créateur du Nix Club Phoenix1er. Cela me fait un peu bizarre de rédiger cet article sachant qu'il est mon associé. Mais ce format me permettra de vous parler de différents créateurs ou d'artistes de Second Life qui même s'ils sont peu connus, disposent d'un talent certain.

Comment vous a pris l'envie de créer le Nix Club ?

Il y a environ cinq ans, alors que j'errais de sim en sim sur Second Life, comme tout bon débutant qui se respecte.Terriblement excité que j'étais à la découverte de cet impressionnant univers virtuel. Je fis la rencontre  de ce qui me parut être une déesse.

Cette divinité se nommait Nya SpiritWeaver. Imaginez un peu, une femme d'une beauté sans nom, virevoltant dans les airs en une dance céleste. "Suis je mort? Ai-je atterri au paradis ? La créature me faisant face, est-elle un ange ?" me dis je. Cette divine entité exécutait devant moi une sublime danse aérienne avec pour compagnons des milliers d'étoiles colorées.

Surprise par mon air ahuri l'apparition m'adressa la parole , ayant pitié du noob que j'étais, elle me prit par la main et me fit découvrir l'univers des particules.

C'est ainsi que je fus possédé par cette passion dévorante et  que je me suis lancé dans l' aventure du Nix Club, devenant le plus grand créateur de particules de Second Life... Bon un des plus grands... Ok ok un créateur de particules.(ronchonne).

Quel est l'esprit du Nix Club ?

Pour être franc, je crois que c'est l'union d'un scientifique (les jaloux parlent plutôt de savant fou) et d'une d'artiste. Donc comme je vous disais, je me suis lancé dans le joyeux monde des particules. Mais le Nix Club n'avait pas encore d’âme. Nya me fit rencontrer des performers alliant musique, danse, et particules comme Tom avec qui elle évoluait à l'époque.

Ainsi me voila courant les forum après tous les tutoriels possibles pour apprendre à scripter. Mes premiers essais furent peu brillants et j'avais un terrible besoin d'images libres de droit et originales pour mes particules. Ne pouvant être sur tous les fronts, j'eus l'idée de proposer à Ticha qui aimait dessiner, de se mettre au dessin numérique...

Puis-je parler de toi à la troisième personne? Cela fait plus professionnel. Oui ? Merci. Donc où en étais-je ... franchement tu me coupes sans arrêt ! Difficile de répondre ainsi ... Donc Ticha s'habitua vite à l'outil numérique, et devint pour moi une source inépuisable de textures uniques.

 

Qu'est-ce qui rend vos effets si particuliers ?

C'est très simple! Je vais vous donner tous mes secrets de fabrication... Ou pas ! Tout ce que je peux vous dire c'est que certains effets me parlent plus que d'autres. Avant tout, je recherche à reproduire la magie de la vie, ce miracle permanent.

Donc j'ai développé une façon assez particulière de produire des effets de particules. Et je passe des heures à créer des choses dans mon laboratoire, qui si elle ne me font pas vibrer, finissent aux oubliettes. Alors pour 10 essais, je ne garde souvent qu'un élu que je mettrai à la vente.

Ces expériences ratées ne pourraient pas être offerte en group gift ou free gift ?

Jamais je ne me permettrai de lâcher dans la nature ce genre d'abominations, je crois que certaines peuvent même être dangereuses... Ainsi même pour un group gift ou un free gift, je m'applique à ce qu'il y ait un minimum de qualité.

Bien cette interview se termine. Un dernier mot pour nos lecteurs  ?

Heu je ne vous ai pas parlé de ma passion pour les constructions en allumettes. Ni de...

Merci de nous avoir accordé un peu de temps nous n'allons pas vous retenir plus longtemps. Je pense que nos lecteur ont peu apprecier le savant fou que vous êtes et ont hâte de venir voir vos créations.

1 Comment

  1. Pingback: Mon péché: La paresse – ticha-blabla

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*